Skip to content Skip to footer

Une publication de philippe guillement sur FB : ( chercheur physicien)

Parlons donc du transhumanisme, cette idéologie selon laquelle l’homme serait une machine biologique qu’il serait donc légitime de vouloir augmenter en capacités physiques et mentales à l’aide de technologies intrusives, externes ou internes au corps humain.

Vous comprendrez que la raison pour laquelle il ne m’est pas possible d’éviter ce sujet est que j’argumente depuis 10 ans dans mes livres et conférences sur le fait que L’HOMME N’EST PAS UNE MACHINE BIOLOGIQUE, car il est doté d’une âme que je définis ainsi :

<< L’âme est un système immatériel de coordination quantique et atemporelle du vivant, capable de rejeter son excédent d’entropie et de survivre à la mort physique. >>

Même si l’âme n’existait pas, la question de savoir si le transhumanisme représente ou non un danger pour l’être humain se poserait sérieusement, d’autant plus que ce qui pousse cette idéologie est un marché mondial qui cherche à faire du profit. La même dérive qu’avec Big Pharma nous pend ainsi au nez, sachant que faire du profit avec la santé ne se fait très logiquement qu’au détriment de la santé. Alors je vous laisse imaginer ce à quoi faire du profit avec le contrôle humain peut nous conduire.

Mais si l’âme existe, alors la question du transhumanisme est définitivement réglée par un NON clair et net. L’humain ne peut en effet pas se permettre de prendre le risque de voir diminuer ses capacités physiques et mentales par des ingénieurs qui prétendent faire le contraire parce qu’ils ignorent totalement le véritable fonctionnement de l’être humain et du vivant en général.

Le transhumanisme est ainsi clairement selon moi le fruit d’une erreur humaine. Ce n’est pas un mal, c’est juste une erreur, voilà ma réponse à ceux qui n’aiment pas me voir parler du transhumanisme au prétexte qu’il peut faire peur et que la peur peut contribuer à sa réalisation. C’est vrai, mais il n’est pas question ici d’avoir peur, il est juste question d’expliquer aux personnes qui ont le pouvoir de ne pas laisser faire qu’ils sont des imbéciles en train de faire une grave erreur.

Ne pourraient-ils pas au moins adopter un principe de précaution ?

Et s’ils ne comprennent pas, au moins vous aurez essayé et il ne vous restera plus qu’à prendre vos dispositions personnelles, en laissant tomber l’idée de lancer des alertes à des bourrins.

Maintenant, soyons réalistes. Le transhumanisme s’imposera probablement plus ou moins ici ou là, peut-être dans certaines villes ou certains pays, je n’en sais rien. Il sera intéressant de constater les dégâts mais aussi les avantages. Mais afin d’éviter les dégâts, Il sera surtout intéressant d’être le plus en retard possible sur l’implantation de ses technologies, et non pas l’inverse comme le prône Laurent Alexandre.

Maintenant, voyons cela au regard de la théorie de l’influence du futur.

De ce point de vue, le transhumanisme serait le fruit de l’ignorance d’une pensée occidentale qui pendant trois siècles a vécu dans l’illusion que nous étions des machines biologiques. Il est alors inévitable que nous ayons réellement fabriqué un futur (le foutur) dans lequel nous sommes devenus asservis par des machines.

C’est à mon sens ce foutur là qui est en train de résister actuellement en cherchant à s’imposer au mépris de toute démocratie et des droits fondamentaux de l’être humain. L’un d’entre vous a bien résumé cette affaire en commentaire de mon précédent post en écrivant, je cite :

<< La barrière juridique du corps sacré est attaquée à propos de la vaccination “obligatoire” : si ça passe tout passe, c’est pas compliqué >>

Il a tout à fait raison, sachant que le corps « sacré » n’est rien d’autre que le corps doté d’une âme, et qu’en ce qui concerne l’obligation vaccinale, c’est effectivement elle qui va faciliter l’architecture de traçage (un non vacciné devra être détecté) puis d’asservissement qui nous conduira au transhumanisme.

Vous l’aurez compris, la vaccination n’aura même pas besoin d’être rendue obligatoire dans la loi puisqu’une obligation « de fait » pourra résulter par exemple de l’interdiction de voyager si on est pas vacciné. Mieux encore, le système aura intérêt à ce qu’il existe des non vaccinés, détectables grâce aux puces, aux objets connectés et à la 5G.

Vous voyez ainsi que ce n’est pas la question de l’efficacité des vaccins qui est en cause, mais plutôt celle de leur instrumentalisation.

On pourrait alors se demander si le coronavirus est bien le fruit d’une influence positive du futur « futé » – celui de l’humain « relié » – étant donné qu’il semble accélérer l’avènement de l’ère transhumaniste via la vaccination ?

Je réponds en disant que le fait que le foutur résiste en nous faisant peur est un bon signe que nous n’y allons plus, soyons optimistes. Car la démonstration magistrale du dictat des multinationales sur nos médias (via la propagande), sur nos gouvernements (via l’argent dette) et sur nos modes de vie (via la technologie) à laquelle on assiste durant cette crise, sans que le peuple soit écouté au motif de complotisme, de populisme, d’extrême droite etc. de sa part, a pour énorme avantage de conduire ce peuple (ou disons une partie influente) à s’informer par lui-même et ainsi à bien mieux comprendre ce qui est en jeu.

Or n’oubliez pas que notre futur est construit par nos pensées portées par nos émotions, qui dépendent fondamentalement de notre compréhension du réel.

J’ajouterais aussi que ce dictat magistral me conduit d’ailleurs moi-même comme beaucoup d’autres à communiquer sur les dangers que nous allons devoir affronter, chose que je n’aurais pas fait ou beaucoup moins sans cette crise. Il a ainsi dopé le besoin de mieux s’informer tout comme la transmission d’informations concurrentes des chaines propagandistes, ce qui a conduit inévitablement au déferlement de fake news en réaction.

Ces fake-news dont les médias mainstream ont, vous l’aurez compris, intérêt à faire la publicité, ne font que traduire le fait que nous sommes dans une guerre de l’information qui est au final une guerre de la conscience.

Car ce qui nous handicape au premier chef, c’est notre maintien dans l’ignorance par un matérialisme entretenu par des intérêts puissants servant de relais au foutur.

La seule chose qui peut nous permettre de franchir le virage de l’humanité vers l’humain relié, c’est l’information sur tous les sujets, qu’il s’agisse de la véritable nature de notre réalité ou des sombres coulisses de la manipulation mondialiste, dont je rappelle qu’elle n’est absolument pas un mal incarné mais une erreur incarnée par des machines biologiques (on devient ce qu’on pense être) que nous acceptons comme maîtres de notre destinée.

En un mot, ce qui compte c’est l’éveil des consciences à la réalité de l’âme et aux enjeux planétaires actuels, ces deux réalités étant fortement liées.

C’est pourquoi mon principal objectif depuis plus de 10 ans est d’expliquer aux personnes les plus intelligentes et donc a priori les plus écoutées d’entre vous, la réalité de l’existence de l’âme.