Skip to content Skip to footer

« L’exemple classique présenté par le père du concept de synchronicité (1946), Carl Gustav Jung, est celui d’une patiente ayant tendance à trop rationaliser ce qui lui arrive, rendant ainsi son analyse inefficace. Un jour elle raconte un rêve à Jung dans lequel elle reçoit un scarabée d’or. Au même moment, elle entend un bruit à la fenêtre et Jung va l’ouvrir puis saisit l’insecte qui s’y trouve et le montre à sa patiente: « Le voilà votre scarabée » dit-il, attrapant l’insecte qui vient de se cogner contre la vitre. Le choc ressenti par elle à cette vue eu alors pour effet de générer chez elle un déblocage mental qui aida grandement à la poursuite de sa thérapie »

source la physique de conscience / philippe guillement

<< « Dans le monde physique, nous avons de nombreux moyens différents de recevoir de l’information : journaux, livres, télévision….Mais si nous voulons nous connecter à l’information qui réside au niveau de l’âme, nous avons besoin d’un autre moyen. En temps ordinaire, notre attention n’est pas orienter vers cette dimension invisible, et cependant tout ce qui survient dans le monde visible y a son origine. Tout est connecter à tout le reste. »

 Source : Deepak Chopra /Le livres des coïncidences >>

<< « Dans un état d’esprit volontaire qui serait de dire « tiens aujourd’hui je veux provoquer des synchronicité » en fait ca ne fonctionne pas comme ça. C’est plutôt après une introspection intérieur, on est dans moment de la vie ou le futur n’est pas stable, on s’est pas exactement ce qu’on va faire, et on est dans une quête intérieur ou on cherche quelque chose, dans la mesure ou on a pas idée de qu’est-ce qu’on va faire, quel chemin on va suivre, et on a choisi de se mettre dans une ouverture à tout ce qui peut arriver. C’est à ce moment-là que la synchronicité arrive pour nous montrer le chemin ou pour nous indiquer que nous somme sur une voie nouvelle qui va nous amener à destination »

source Philippe Guillement / la synchronicité expliqué par la physique de la conscience >>

« <<.. ce que la théorie de la synchronicité pose est que des événements émotionnellement chargés pourraient être reliés entre eux par un enchainement acausal, se produisant au-delà de l’espace et du temps classiques…. La physique quantique indique que la conscience de l’observateur semble conditionner l’apparition des particules élémentaires et possiblement des phénomes macroscopiques. C’est-à-dire que la conscience pourrait jouer un rôle fondamental dans l’apparition du monde perçu comme étant matériel. Ce domaine scientifique indique également que ce qui se manifeste est stabilisé par une intrication fondamentale, et que des éléments de l’univers seraient relié par un lien non local … Le fait est que nous ne sommes pas isolés du monde et que nous pourrions laisser une résonance entre nous et la réalité extérieure nous porter conseil. Par ailleurs, si nous prenons en considération la symétrie temporelle et ainsi la possibilité qu’il existe une influence de notre moi futur sur notre moi présent, il devient possible de concevoir que les synchronicité soient autant de signes venant de notre future conscience afin de nous orienter »

Source : Les mystères de la conscience / Miriam Gablier